Créer son réseau peut être chronophage mais ce n’est pas du temps perdu.

En 1972, mon père agriculteur-éleveur a créé une exploitation d’élevage de taureaux de Camargue et de taureaux domestiques. Je l’ai rejoint dès 1987 pour créer en 1993 la SARL du Mas de Mailly. En 2006, nous sommes diversifiés avec l'élevage d'Aberdeen Angus.

"Notre métier a depuis énormément évolué, en particulier sur les volets administratifs et économiques qui sont de plus en plus lourds et contraignants. Quant à mes débuts, je consacrais une demi-journée par semaine à ces volets-là, aujourd’hui je suis obligée d’y passer du temps tous les jours. Je pense que ce n’est pas spécifique au chef d’exploitation agricole mais bien à tout chef d’entreprise.

Je n’ai pas choisi ce métier pour me retrouver enfermée dans un bureau mais aujourd’hui on doit s’informer, analyser, anticiper, prendre des décisions stratégiques pour donner les moyens à son exploitation de prospérer.

On peut donc, et il faut, s’entourer de compétences complémentaires pour pouvoir se dégager du temps là où on aura le plus de valeur ajoutée ; mais de nos jours, le chef d’exploitation ne peut pas se déconnecter complètement des aspects de gestion administrative et économique. Depuis 1987, je suis accompagnée par la même structure de Conseil et d’Expertise Comptable qui me permet d’alléger certaines tâches administratives et surtout d’avoir une équipe multidisciplinaire qui se mobilise autour des différentes problématiques économiques, juridiques, fiscales et sociales que je peux rencontrer. Cela me permet aussi d’échanger, de confronter mes idées avec des visions extérieures, professionnelles pour prendre les meilleures décisions. C’est ainsi qu’en 2008, j’ai décidé convertir notre exploitation en bio. C’est une façon de continuer à valoriser notre métier.

S’investir dans des structures interprofessionnelles me paraît être aussi un élément essentiel de nos jours. Pour ma part, j’ai commencé par le groupement des défenses sanitaires pour me tenir informée des évolutions de la réglementation, jusqu’à devenir aujourd’hui Vice-présidente de la chambre d’Agriculture du Gard. Cet engagement prend du temps mais m’apporte beaucoup dans la gestion de mon entreprise car j’ai de l’information, je rencontre des personnes avec qui j’échange sur des problématiques communes et cela me permet d’avancer dans mon métier.

Dans cet esprit de toujours porter et valoriser notre filière, nous avons mis en place un syndicat de défense et de promotion de l'appellation AOP Viande taureau de Camargue, dont je suis Présidente, pour permettre aux exploitants de notre filière de mieux valoriser leurs produits.

 

Si je devais donner quelques conseils à des jeunes agriculteurs qui souhaitent s’installer, ce serait de ne pas avoir peur de donner de son temps et de bien piloter la gestion économique de leur exploitation. Il faut gérer au plus près son activité pour savoir en permanence où on en est, pour savoir ce qui fonctionne, ce qui dégage ou non du bénéfice, savoir quelles charges il faut contraindre…

Il faut aussi qu’ils créent du lien avec les différents acteurs de leur filière. Aujourd’hui, on constate un désengagement dans ces structures interprofessionnelles alors qu’elles nous permettent de continuer d’exister, d’apporter des solutions, de nous représenter et porter notre voix auprès des institutions. En participant à ces regroupements on se tient au courant de l’actualité, des changements à venir pour pouvoir anticiper. Cela apporte également beaucoup sur un plan personnel. On sait tous qu’aujourd’hui l’agriculture est en difficulté.  On se serre les coudes et cela peut donner le moral certains jours. Créer son réseau peut être chronophage mais ce n’est pas du temps perdu."

Magali Saumade, Gérante de la Sarl du Mas de Mailly et Vice Présidente de la Chambre d’Agriculture du Gard

Contact Cerfrance Arles : arles@midimed.cerfrance.fr