Interview Loïc Somaini, Directeur de la Gestion Sociale de Cerfrance Midi Méditerranée et Gard

L’actualité réglementaire  de cette année à travers  la Déclaration Sociale Nominative (DSN), la Loi Travail, le prélèvement à la source… a remis en lumière l’importance des métiers du Conseil en Gestion Sociale. Entre l’augmentation des contraintes réglementaires et administratives, exigences salariales toujours plus fortes et parcours client… Loïc Somaini, Directeur de la Gestion chez Cerfrance Midi Méditerranée et Cerfrance Gard, nous parle aujourd’hui du quotidien de son métier et des évolutions à venir.

Infographie -  - CERFRANCE

Loïc, en préambule de cet échange, pouvez-vous nous rappeler l’éventail d’actions que regroupent aujourd’hui le Conseil Social et la Gestion de la Paye ?



Le Conseil Social et la Gestion de la Paye ont pour ambition de répondre à l’ensemble des besoins  des employeurs de main d’œuvre. Derrière ces disciplines, nous retrouvons deux profils de collaborateurs à fortes compétences : les juristes conseillers en droit social et les gestionnaires de paye.

Ils interviennent sur les actes juridiques, les ressources humaines, le document unique d’évaluation des risques professionnels ainsi que sur la rémunération et le statut du dirigeant et de son conjoint.

En fil rouge, ils sont en charge de l’ensemble des questions relatives à la Gestion de la Paye : élaboration des bulletins de salaire, formalités déclaratives, administration du personnel et conseil client de 1er niveau.


Comment expliquez-vous le fait que la Gestion Sociale soit devenue un élément différenciant dans le pilotage d’une entreprise ?



La question de la gestion du temps du dirigeant est centrale. Dans les petites et moyennes entreprises le 1er commercial est le dirigeant. Son rôle est essentiel pour assurer le bon remplissage du carnet de commande. De plus il est souvent l’interlocuteur privilégié voire unique de ses clients.

De nos jours, les questions relatives à la Gestion Sociale dans les entreprises sont très sensibles et tout particulièrement en cas de dysfonctionnement : sécurité au travail, maladie, démission, risque de grève, contentieux, démotivation des salariés, évènement dégradant l’image de l’entreprise… Autant de facteurs qui peuvent mettre en péril la bonne marche de l’entreprise.

Au delà de ces aspects de sécurisation, la maîtrise de la masse salariale est aussi un enjeu de rentabilité pour l’entreprise.  Le dirigeant a  besoin d’avoir de bons indicateurs de pilotage.

Le Conseil Social permet à l’employeur de main d’œuvre de s’appuyer sur des professionnels, experts dans leur domaine, qui lui garantissent le bon fonctionnement de son entreprise sur les aspects sociaux, et permet de limiter les dysfonctionnements Pour aller plus loin, chez Cerfrance Midi Méditerranée, nous accompagnons nos clients dans l’élaboration d’une vraie stratégie de pilotage de la Gestion Sociale qui s’intègre parfaitement dans la stratégie globale de performance de leur entreprise. Le Conseil en Gestion Sociale n’est plus réservé seulement aux grandes entreprises, il est possible d’en faire un élément différenciant dans un environnement concurrentiel.

En effet, les salariés sont les premiers ambassadeurs de l’entreprise. Veiller au bon équilibre entre de bonnes conditions de travail et la performance, trouver les bons salariés, les conserver, les former c’est une stratégie sociale au service du développement de son activité.

Si je devais résumer le champ d’application de la Gestion Sociale pour les employeurs de main d’œuvre, ce serait au travers de deux enjeux : Comment je maîtrise le coût et la rentabilité de ma masse salariale ? Comment je mets en place une vraie stratégie de gestion sociale pour attirer, fidéliser et faire progresser mes collaborateurs pour in fine développer mon activité ?

 

Aujourd’hui on entend beaucoup parler de DSN, Loi Travail, prélèvement à la source… pouvez-vous nous expliquer les impacts de l’évolution de la réglementation et comment cela va se traduire pour les entreprises ?



Très clairement aujourd’hui, sous couvert de simplification, les pouvoirs publics transfèrent une nouvelle charge de travail vers les employeurs de main d’œuvre rendant par conséquence leur environnement de travail plus complexe et plus contraint : nouvelles formalités administratives et délais déclaratifs de plus en plus courts.

En parallèle, le niveau d’exigence et de questionnement des salariés vis-à-vis de leur employeur s’accentue sur de nombreux sujets  comme la prévoyance, la mutuelle, ….». Et demain, quid de la retenue à la source ? avec son lots de nouvelles questions inéluctables : « Je viens d’avoir un enfant », « Je viens de divorcer »… A changement de situation du salarié, l’employeur sera probablement sollicité par celui-ci qui devra donc gérer ces interrogations.

S’ajoute à ces nouveautés, l’instabilité et l’évolution permanente de la réglementation. Le domaine de la Gestion Sociale est soumis aux aléas réglementaires et politiques. Ce qui rend l’anticipation difficile.  On peut citer à titre d’exemple des dispositifs comme le CICE, les aides à l’embauche PME, et les contrats aidés….

De même, pour faire face à la Déclaration Sociale Nominative (DSN), les employeurs de main d’œuvre doivent maitriser les outils informatiques, le paramétrage du logiciel de paye, les techniques de paye, les délais… sous peine de pénalités.

Les contraintes et les enjeux sont devenus trop forts et imposent aux chefs d’entreprise de revoir leurs organisations soit en faisant appel à des prestataires externes comme Cerfrance soit en mettant en place des services dédiés et compétents en interne

 

Au-delà de la réglementation, comment évolue votre métier aujourd’hui avec l’émergence de nouvelles technologies, les notions d’expérience client, l’acquisition de données… ?


En terme de parcours client : le besoin d’instantanéité est très marqué. Le client exige d’avoir une réponse dans les meilleurs délais ; immédiate. Dans notre métier, la qualité technique est une évidence, un pré requis mais le client mesure notre performance également sur la rapidité d’exécution de nos prestations. La tendance de fond est là et avec les innovations technologiques nous ne sommes qu’au début des évolutions de l’expérience client.

Chez Cerfrance Midi Méditerranée, nous préparons ces changements.

Nous avons commencé en mettant en place une plateforme, nommée Cerfrance Connect, qui permet à nos clients d’accéder non seulement à leur dossier, comme un espace client classique, mais qui leur permet d’utiliser des modules de « paye en ligne », de « saisie des éléments de paye en ligne », de mise en place de « tableaux de bord sociaux » en fonction des indicateurs qu’ils choisissent eux-mêmes…. Pour mieux piloter leur activité.

A horizon 2022, nous avons pour ambition de coupler la montée en gamme de nos prestations avec de la formation de nos clients aux techniques de paye et aux outils informatiques. Nous ne pourrons avancer sur des prestations collaboratives qu’en faisant monter en compétences nos clients. Nous souhaitons également nous développer vers des missions de conseil sur un environnement transactionnel et sur de la médiation précontentieux.

A plus long terme, nous sollicitions nos éditeurs de logiciels pour qu’ils puissent développer des minis briques de SIRH (Système d’Information RH) à disposition de nos clients TPE. Cela permettra à nos clients d’avoir de l’information d’actualité personnalisée, de sécuriser leurs éléments variables de paye avec un système de signature électronique, d’avoir à disposition les bulletins de paye et leur DSN sur Cerfrance Connect pour archivage, consultation, réédition des pièces…

Notre objectif, être le co-pilote du chef d’entreprise !

 

Contact Presse :


 

Coralie TIPHAIGNE - communication@midimed.cerfrance.fr /Tél.04 99 51 26 12