Rien n’est acquis, il faut toujours se remettre en question

Edgar Aubanel, bijoutier-joailler à Saint Rémy de Provence depuis 1991, revient sur les changements qu’a connue sa bijouterie sur les vingt dernières années.

« Il y a 25 ans, lorsque j’ai créé ma bijouterie, la gestion d’une entreprise était plus fluide et moins compliquée. On se posait moins de questions.

Le métier de commerçant a depuis beaucoup évolué. Aujourd’hui on doit faire plus attention à la gestion de notre activité pour ne pas manquer de trésorerie : achat, gestion de stock… Surtout en joaillerie où nos valeurs de stocks peuvent être très vite élevées : de 500 000 à 600 000 €.

J’ai donc dû augmenter mes exigences notamment lors des négociations avec mes représentants en bijouterie. Cela me permet de sélectionner les bonnes marques qui correspondent à ce que recherchent mes clients. Tous les 4 à 5 ans je rafraîchis la bijouterie, je refais mon site internet, je travaille régulièrement ma communication…

Rien n’est acquis. Il faut toujours se remettre en question, ne pas être dans la précipitation tout en sachant travailler sous pression et savoir rester humble.

Il faut souvent savoir faire des sacrifices. Je suis reparti au SMIC alors que j’étais employé dans une bijouterie avec un salaire très confortable.

Je me souviens de mon ancien comptable qui avait plaisanté en me disant : « Vous êtes le seul smicard à la caisse des cadres ». En effet, je réinvestissais tout dans le magasin pendant les premières années, pour mettre toutes les chances de mon côté pour développer ma bijouterie.

Cela n’a pas été facile tous les jours mais aujourd’hui j’ai un travail passionnant. Je ne fais pas de la bijouterie classique, je suis à l’écoute de mes clients, de leurs envies, je me déplace chez eux. J’aime le relationnel avec eux.

Je travaille sur le long terme. C’est ce qui fait qu’un client qui est venu il y a des années chez moi pour offrir un cadeau pour la fête des mères, avec un petit budget d’étudiant, et revenu des années après pour faire créer une bague de fiançailles pour sa compagne !

Si je devais donner conseil à un jeune entrepreneur ?

Ce serait de toujours bien s’entourer. Par exemple avec son expert comptable, ses collaborateurs, son banquier, ses fournisseurs… Il y a un travail de confiance qui doit être établit. Pour ma part et pour exemple, ma comptable est à mon écoute et m’accompagne tant dans de la gestion quotidienne que dans des réflexions plus stratégiques. Je peux lui parler ouvertement, lui donner des détails ce qui lui permet de mieux me conseiller. La confiance, c’est la base d’une entente entre l’entrepreneur et son comptable.

Avoir des opportunités, rencontrer la bonne personne au bon moment… ce sont aussi des facteurs imprévisibles mais déterminants. C’est ce que j’ai vécu. J’ai eu un parcours atypique, je suis encore d’une génération où j’ai pu me faire de façon un peu autodidacte. Aujourd’hui est-ce encore possible ? La conjoncture semble plus difficile mais quand on a un projet qui nous tient à cœur… il faut foncer. »

Vous pourrez retrouver tous les projets et les produits d’Edgar Aubanel sur www.aubanel.net

Contact Cerfrance Avignon : avignon@midimed.cerfrance.fr