Accéder au contenu principal
Lecture d'un bilan comptable Lecture d'un bilan comptable

Comment lire un bilan comptable ?

Comprendre comment lire un bilan comptable est une compétence essentielle pour toute personne impliquée dans le monde des affaires. Que l'on soit à la tête d'une entreprise, investisseur ou simplement curieux des finances, saisir la distinction entre actif et passif, ainsi que l'analyse des différents éléments d'un bilan, est crucial.

Qu'est-ce qu'un bilan comptable ? 

Un bilan comptable est une représentation de ce qu'une entreprise possède et doit à un moment précis, souvent désigné par l'expression « Instant T ». Pour simplifier l'explication avant de développer davantage, prenons l'entreprise comme une analogie avec une personne, vous en l'occurrence. D'un côté, le bilan énumère ce que vous possédez (maison, voiture, argent, objets de valeur, etc.), et de l'autre, ce que vous devez (prêt immobilier, factures diverses, comme celle de la réparation de votre voiture). 

Si nous transposons cette analogie au monde entrepreneurial, le concept reste le même et se divise en deux grandes catégories : 

  • L’actif : Il représente tout ce que l'entreprise possède. Cela englobe les bâtiments, les machines, l'argent en caisse ou en banque, les créances, etc. 
  • Le passif : Il regroupe tout ce que l'entreprise doit. Cela inclut les dettes vis-à-vis des fournisseurs, les emprunts bancaires, ou encore les fonds dus à ses propriétaires (les capitaux propres). 

L'actif illustre la répartition de l'utilisation des ressources de l'entreprise, tandis que le passif indique d'où proviennent ces ressources. 

Le bilan comptable doit toujours être « équilibré », c'est-à-dire que l'actif (ce que l'entreprise possède) est toujours égal au passif (ce qu'elle doit). Il offre une vision globale de la santé financière de l'entreprise à un moment donné, et permet aux différents acteurs de discerner comment l'entreprise déploie ses ressources et leurs provenances. 

 

Comment lire un bilan comptable ? 

Plongeons directement dans les détails des actifs et des passifs. Pour rappel, l’actif présente ce que l'entreprise possède sous forme de biens et droits, tandis que le passif liste ce qu'elle doit en termes de dettes et d'obligations. 

 

L’actif se scinde en deux sections majeures : 

  1. L’actif immobilisé englobe les éléments durables de l’entreprise, ceux qui sont prévus pour une utilisation sur le long terme. Cela comprend des actifs tels que les bâtiments, le matériel et les immobilisations financières. 

  2. L’actif circulant, quant à lui, concerne les éléments plus éphémères, ceux pouvant être transformés en liquidités ou consommés dans l'année. On y trouve les stocks, les diverses créances, ainsi que les liquidités disponibles, que ce soit en banque ou en caisse. 

 

Du côté du passif, nous avons aussi une division en deux grandes catégories : 

  1. Les capitaux propres, qui englobent les ressources financières injectées par les associés ou générées par l’activité. Cela comprend le capital social, les réserves et les résultats de l’exercice. 

  1. Les dettes, qui représentent les obligations de remboursement auxquelles l'entreprise est tenue. 
     

Le principe d'équilibre est fondamental : la somme totale des actifs doit coïncider avec celle des passifs. 

Toutefois, le bilan va au-delà de cette simple représentation. Il offre la possibilité de calculer différents ratios pour évaluer la santé financière de l’entreprise. Ainsi, le ratio de liquidité analyse si l'entité peut honorer ses dettes à court terme, tandis que le ratio d'endettement met en perspective les dettes vis-à-vis des capitaux propres. 

Quelques conseils pour bien interpréter son bilan comptable :

  1. Actifs immobilisés

    Examinez les investissements majeurs de l'entreprise (terrain, bâtiments, équipements) pour comprendre où l'entreprise a alloué ses ressources sur le long terme. 

  2. Actifs circulants

    Observez les éléments liquides ou rapidement convertibles en liquidités (stocks, créances clients) pour évaluer la fluidité de la trésorerie à court terme. 

  3. Liquidités

    Regardez la trésorerie et les équivalents pour déterminer si l'entreprise dispose de fonds suffisants pour couvrir ses besoins immédiats. 

  4. Capitaux propres

    Analysez la structure du financement de l'entreprise (capital, réserves, bénéfices reportés) pour comprendre la solidité financière de l'entreprise.

  5. Dettes

    Évaluez le niveau d'endettement par rapport aux capitaux propres pour déterminer la dépendance de l'entreprise vis-à-vis des financements externes. 

  6. Ratios financiers

    Calculez et comparez les ratios clés (liquidité, solvabilité, rentabilité) avec les normes du secteur pour évaluer les performances de l'entreprise par rapport à ses concurrents. 

  7. Variations d'une année sur l'autre

    Recherchez les écarts significatifs ou les tendances sur plusieurs exercices pour identifier les évolutions positives ou négatives. 

  8. Notes annexes

    Consultez ces explications détaillées qui accompagnent souvent le bilan pour avoir une meilleure compréhension des chiffres présentés. 

  9. Vérifiez l'équilibre global

    Assurez-vous que le total de l'actif est égal au total du passif et des capitaux propres, confirmant ainsi l'équilibre comptable.

Pourquoi est-ce important ? 

Comme évoqué précédemment, le bilan comptable donne une « photographie » de la situation financière d'une entreprise à un moment précis. Il présente ce que l'entreprise possède (actif) et ce qu'elle doit (passif). Cette vue d'ensemble permet aux dirigeants, investisseurs et créanciers de prendre des décisions éclairées en évaluant la solvabilité, la liquidité et la structure financière de l'entreprise. 

Le bilan comptable sert également de moyen pour l'entreprise de partager sa situation financière avec diverses parties prenantes : actionnaires, créanciers, fournisseurs et même employés. Il peut aussi être un outil stratégique pour la planification d'actions futures, telles que l'expansion, l'acquisition d'actifs ou le remboursement de dettes, et pour gérer efficacement les ressources disponibles. 

Enfin, il offre une opportunité de suivre l'évolution de la situation financière de l'entreprise au fil des années, permettant ainsi d'appréhender les tendances et les changements. 

 

Le bilan comptable est-il obligatoire ? 

Il est effectivement obligatoire d'établir un bilan comptable pour la plupart des formes juridiques d'entreprises. Cela concerne les sociétés commerciales (SARL, SAS, SA, SNC, etc.), certaines entreprises individuelles (selon des conditions spécifiques) ainsi que les associations ayant une activité économique et franchissant certains seuils financiers. 

Le bilan comptable doit être dressé au moins une fois par an, lors de la clôture de l'exercice comptable. Une fois validés, les états financiers (incluant le bilan) de plusieurs catégories d'entreprises doivent être déposés au greffe du tribunal de commerce. Ce dépôt permet ensuite leur publication au Bodacc (Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales). 

Toutefois, certaines petites structures, comme les micro-entreprises, peuvent bénéficier d'allégements comptables. Elles pourraient être autorisées à fournir un bilan simplifié et, sous des conditions précises, être dispensées du dépôt de leurs comptes annuels au greffe. 

Au-delà de cette exigence légale, le bilan comptable demeure un outil incontournable pour la gestion interne de l'entreprise, les orientations stratégiques, ainsi que la communication envers les parties prenantes (actionnaires, créanciers, fournisseurs, etc.). En omettant de respecter ces obligations, les entreprises risquent des sanctions. Il est donc impératif pour les dirigeants de bien comprendre leurs responsabilités en termes de tenue comptable et de présentation des comptes annuels. 

 

Qui peut faire le bilan comptable ? 

  • L'entrepreneur ou le gérant lui-même : Dans le cas de petites entreprises, notamment les auto-entrepreneurs ou les très petites entreprises, l'entrepreneur peut choisir de réaliser lui-même son bilan comptable. De nombreuses TPE et PME utilisent des logiciels comptables pour simplifier la gestion de leur comptabilité. Ces outils peuvent aider à préparer le bilan, mais il est recommandé de faire valider les chiffres par un expert. 
  • Un service comptabilité interne : Les grandes entreprises disposent généralement d'un département comptabilité ou d'une équipe dédiée qui prépare les états financiers, dont le bilan comptable. À noter que les entreprises d'une certaine taille ont l'obligation de nommer un commissaire aux comptes, non pas pour préparer ces états, mais pour les certifier. 
  • Un expert-comptable : C'est le professionnel le plus qualifié pour établir un bilan comptable. Il garantit la fiabilité et la conformité des comptes à la législation en vigueur. De nombreuses entreprises, quelles que soient leur taille, font appel à un expert-comptable pour bénéficier de son expertise, de ses conseils et pour s'assurer que le bilan est correctement réalisé. 

Il est important de noter que, même si le bilan comptable peut être établi par l'entrepreneur lui-même ou par un logiciel, il est souvent judicieux de solliciter les conseils d'un expert-comptable. En effet, l'établissement d'un bilan nécessite non seulement une expertise technique, mais aussi une connaissance approfondie des règles fiscales et comptables en vigueur, et permet notamment de sécuriser l’information partagée entre associés ou avec les partenaires financiers. 

Ces contenus peuvent vous intéresser

Mise en place d'une stratégie patrimoniale

Définir sa stratégie patrimoniale

La gestion de patrimoine est bien plus qu'une simple affaire de chiffres ; c'est une réflexion sur l'avenir, une planification méticuleuse et une adaptation constante....
En savoir plus
ordinateurs posés sur une table

Low-tech, de quoi parle-t-on ?

Le terme « low-tech » a émergé dans le débat public au cours des années 2010. Avec la prise de conscience écologique ou les récentes difficultés d’approvisionnement...
En savoir plus
Carte verte assurance voiture

Véhicules immatriculés : Fin de la carte verte

À compter du 1er avril 2024, la carte verte et la vignette d’assurance disparaîtront pour l’ensemble des véhicules immatriculés. Cette avancée permet une simplification...
En savoir plus
Champs et jeunes pousses au premier plan d'une forêt

Conditionnalité des aides : l'autre versant de la PAC

Depuis 2003, les aides de la Politique Agricole Commune (PAC) sont conditionnées au respect d’un certain nombre de règles environnementales, en particulier les...
En savoir plus

Notre newsletter

Suivez nos actualités et bien plus, en vous abonnant à notre newsletter.

Type de newsletter*

Êtes-vous client Cerfrance ?*