Créer une entreprise tout en conservant votre emploi salarié : c’est possible ! Dans ce cas, vous cotisez simultanément au régime des salariés et à celui des travailleurs indépendants. Le montant des cotisations varie cependant en fonction de votre activité principale. Le point sur cette situation particulière.

Infographie -  - CERFRANCE

Versement des prestations sociales : rien ne change !

Lorsque vous lancez votre propre activité, tout en conservant votre emploi salarié, vous cotisez simultanément au régime général et à celui des travailleurs indépendants.

Par défaut, vos prestations maladie et maternité sont versées par le régime dont vous dépendiez avant le cumul d’activité. Ainsi, dans le cas d’un salarié qui démarre une activité d’indépendant, les indemnités continuent d’être versées par le régime général.

Toutefois, si vous le souhaitez, vous pouvez faire ouvrir votre droit aux prestations auprès du régime social des indépendants (RSI). Cette option prend alors effet le premier jour suivant le 2è mois civil après réception de votre demande par le RSI.


Cotisations : pas de mesure d’atténuation

Dès lors que vous cumulez un emploi salarié et une activité d’indépendant, vous cotisez simultanément au régime général et à celui des indépendants. Les cotisations de travailleur indépendant sont calculées normalement avec, le cas échéant, application des assiettes minimales.


Salarié

Travailleur indépendant

Vous cotisez auprès du régime des salariés sur vos salaires. Vous cotisez auprès du régime des travailleurs indépendant sur vos revenus issus de cette activité.
Les cotisations sont calculées normalement avec, le cas échéant, application des assiettes minimale pour l'ensemble des cotisations.

Retraites : une double-affiliation

En tant que salarié créateur, vous cotisez à la fois pour une retraite de salarié et de travailleur indépendant. Cette double affiliation est prise en compte lors du calcul de votre retraite, dans la limite de 4 trimestres par an.