La mise en place du prélèvement à la source a modifié, pour 2018 et 2019, les règles de déduction des travaux réalisés sur l’immobilier loué nu. Qu’en est-il pour 2019 ? Quelle stratégie adopter ?

 

Travaux déductibles en 2019 : la règle

La part de travaux déductibles en 2019 correspondra à la moyenne des travaux réalisés en 2018 et 2019.

Exemple :

Mr X a réalisé des travaux en 2018 à hauteur de 15 000 € et envisage de réaliser des travaux (non urgents) en 2019 à hauteur de 20 000 €.

  • S’il réalise les travaux en 2019 il pourra déduire de ses revenus fonciers 2019 : 17 500 € (15 000 + 20 000 /2)

 

  • S’il ne réalise pas les travaux sur 2019 et les reporte sur 2020 il pourra déduire :

                   .- de ses revenus fonciers 2019 : 7 500 € (15 000 + 0 /2)

                    - de ses revenus fonciers 2020 : 20 000 €


Constat

Les travaux réalisés en 2019 ne sont donc déductibles qu’à hauteur de 50 %.

Si cela est possible, ils s’avèrent  plus judicieux de réaliser les travaux sur 2020 puisque 100 % des travaux pourront être déduits, soit une déduction supplémentaire de 10 000 € (27 500 € - 17 500 €).


Précisions : des travaux totalement déductibles en 2019

La règle de la moyenne ne s’applique pas aux travaux suivants qui sont payés en 2019 et qui sont donc intégralement déductibles :

       - Les travaux d’urgence rendus nécessaires par l’effet de la force majeure ou décidés d’office par le syndic.

       - Les travaux réalisés sur des immeubles acquis en 2019.

       - Les travaux réalisés sur des monuments historiques classés ou inscrits en 2019.