De nombreux étudiants travaillent l'été pour financer leurs études. Ils bénéficient d'une exonération partielle d'impôt sur le revenu : petit rappel des règles applicables

Les revenus perçus par les étudiants au cours d'un job d'été ou d'un stage sont en principe soumis à l'impôt sur le revenu. Cependant, ils bénéficient de mesures d'exonération leur permettant de ne déclarer qu'une partie des revenus perçus.

Les jobs d'été

Les salaires perçus par les étudiants âgés de moins de 26 ans au 1er janvier 2017 et qui ont travaillé au cours de l'année scolaire ou lors des congés d'été sont exonérés d'impôt à hauteur de 3 SMIC mensuels, soit 4.441€. Seule la fraction des salaires dépassant cette limite doit être soumise à l'impôt.

Attention, cette exonération ne s'applique pas automatiquement : il faut changer le montant de salaires prérempli dans la déclaration de revenus, en en déduisant 4.441€, si l'on veut en profiter.

Les stages

Tous comme les salaires, les indemnités de stage perçues par un étudiant sont en principe imposables. Cependant, il existe là encore une exonération, égale à 12 SMIC mensuels, soit 17.763€. Au delà de ce montant, les sommes doivent être déclarées.

EN CE MOMENT