Vous avez une idée ! Grâce à une étude de marché, vous avez estimé le potentiel, observé la concurrence, ciblé vos clients… Il va maintenant falloir faire vivre votre idée !

Pour envisager le démarrage de votre activité, pour éventuellement obtenir des financements complémentaires et pour piloter vos premiers résultats, il faut maintenant construire un budget prévisionnel…

 

Construire le prévisionnel


Bonjour et bienvenue dans Réussir avec Cerfrance, le podcast 100% dédié aux créateurs et dirigeants d’entreprise. Je suis Caroline, la voix du Réseau Cerfrance qui accompagne la réussite des entrepreneurs depuis plus de 60 ans.

Réussir, c’est un podcast publié tous les mardis sur cerfrance.fr. Nous partageons ici en 5 minutes seulement, des conseils pratiques en gestion, organisation, stratégie. 5 minutes pour vous permettre d’atteindre vos objectifs.

Pour être notifié des nouveaux épisodes, c’est simple : il suffit de vous abonner sur la plateforme de votre choix ou de vous rendre sur cerfrance.fr

Si ce podcast vous plaît et que vous pensez qu’il peut être utile à d’autres, surtout n’hésitez pas : laissez un avis 5 étoiles et bien sûr un commentaire élogieux !

Aujourd’hui, nous allons parler chiffres… Et plus précisément de budget prévisionnel. Si si, restez avec nous, vous allez voir, ça va très bien se passer.

Imaginons que vous ayez une idée. Et bien ce n’est pas le tout, il va maintenant falloir faire vivre cette idée !

Comment ? Avant tout, grâce à une étude de marché,

L’étude de marché, c’est ce qui vous permet d’estimer le potentiel, d’observer la concurrence, de cibler vos clients…

Ensuite, avant d’envisager le démarrage de votre activité, pour obtenir éventuellement des financements complémentaires et piloter vos premiers résultats, il faut construire un budget prévisionnel… Vous voyez, on y vient, c’est notre sujet du jour !

Le budget prévisionnel, c’est un document qui se compose d’un ensemble de tableaux financiers. Indispensables, ils suivent un ordre de construction bien précis. Notez-le :

• Le compte de résultat

• Puis le plan de financement

• Et enfin, le tableau de trésorerie.

Première étape du budget prévisionnel, donc : le compte de résultat. 

Véritable baromètre, le compte de résultat vous permet d’analyser votre activité, mais            aussi de mesurer la capacité de votre entreprise à dégager des excédents et donc à être performante.

Mais ce n’est pas tout, le compte de résultat sert également à

• Calculer vos prélèvements sociaux et fiscaux (c’est à dire l’impôt sur les sociétés, ou sur le revenu, et les cotisations sociales)

• Mais aussi à vérifier l’équilibre entre vos charges et vos produits.

Vos charges peuvent être fixes (comme le montant de votre loyer, ou les frais de personnel). Elles peuvent aussi être exceptionnelles (en cas de cession de matériel, par exemple.) Il ne faut pas non plus oublier les achats de consommables.

 

Côté produits, il en existe aussi 3 catégories : les produits d’exploitation, tels que :

  • le chiffre d’affaires de votre entreprise,
  • les produits de gestion, comme le remboursement d’une assurance
  • et les produits exceptionnels, suite à la vente de matériel, par exemple.

Là, on fait une petite opération : La différence entre charges et produits correspond au résultat de votre entreprise.

En clair :

Charges – produits = résultat de votre entreprise

Vous saurez ainsi exactement si elle génère un bénéfice ou une perte.

Deuxième étape : le plan de financement.

A quoi ça sert ? Et bien, au moment de débuter votre activité, le plan de financement vous permet de prévoir la manière dont vont être financés les investissements nécessaires à votre entreprise, y compris votre besoin en fonds de roulement. Bref, le nerf de la guerre !

Rassurez-vous, le plan de financement est plus simple à élaborer qu’il n’y paraît.

Le plan de financement s’équilibre entre :

• Vos besoins : les investissements, le stock minimum nécessaire au lancement de votre activité et votre besoin en fonds de roulement, c’est-à-dire le montant minimum dont vous devez disposer pour couvrir les flux financiers liés à votre activité.

• Et côté ressources comme l’autofinancement mais aussi les emprunts à court, moyen et long terme.

Je résume : Le plan de financement s’équilibre entre Vos besoins (ce qui est à financer)  et Vos ressources (la recherche de financements)

Enfin, dernière étape : le tableau de trésorerie.

C’est le document qui vous permet de vérifier l’ajustement de vos dépenses à vos recettes (donc si vous ne dépensez pas plus que vous ne gagnez). Il permet également de prévoir d’éventuels besoins mais aussi de savoir comment agir pour les combler.

Il se compose de trois parties :

• Les flux de trésorerie liés à votre activité

• La variation du besoin en fonds de roulement

• Les investissements et leur financement.


Vous avez maintenant tous les éléments. Je vous propose donc de passer à la pratique avec un petit exercice :

Quels sont mes besoins au démarrage ? Quelles sont mes ressources ? Comment faire coïncider les 2 ?  Et construire votre propre budget prévisionnel !

Pas de panique ! Pour vous aider vous pouvez consulter nos fiches conseils sur cerfrance.fr, rubrique « des services gagnants. De cette façon, vous trouverez tout ce que doivent contenir ces trois documents.

Allez, à vous de jouer !

Et n’oubliez pas, Cerfrance est l’acteur de référence en matière de conseil et d’expertise-comptable.

Alors si vous avez besoin d’aide pour faire décoller votre projet, si vous avez envie d’avancer plus vite avec plus de confiance, sachez que nos experts peuvent vous accompagner, partout en France.

Au démarrage, différentes prestations de conseils vous seront proposées pour étudier votre marché, construire votre business plan ou encore trouver des financements, par exemple.

Donc, n’hésitez pas à contacter l’agence la plus proche de chez vous. Il y en a 700 en France ! Vous trouverez ses coordonnées cerfrance.fr.

À très bientôt !