Quand le marché du lait dirige celui de la viande