Accéder au contenu principal

Paroles d'entreprise

Choisir le réemploi, pourquoi pas ?

Les motivations des acteurs du marché de l’occasion et du réemploi sont plurielles. Elles peuvent être économiques pour certains, écologiques pour d’autres ou, tout simplement, pleines de pragmatisme comme nous enseignent les pratiques de la nouvelle génération. Alors ne laissez pas passer l’occasion !

À L’Espace Brocante, les vieux objets sont tendance

À mi-chemin entre le dépôt-vente et la brocante traditionnelle, le concept développé par Ingrid Lentz et Allan Derambure est original. Créé en quelques mois dans l'Oise, L’Espace Brocante connaît un succès rapide. Le lieu attire une clientèle variée et fidèle, de particuliers et professionnels, dans un climat de confiance et de convivialité.

Une passion familiale
Ingrid Lentz est issue d'une famille de brocanteurs professionnels. Elle a baigné dans cette activité depuis son plus jeune âge, aidant ses parents et grands-parents dans les brocantes, hiver comme été, par tous les temps. Titulaire d’une licence en management commercial, elle commence sa carrière en travaillant pour différentes entreprises, notamment dans la vente à domicile d’épices. Après quelques années de salariat, elle désire monter sa propre entreprise pour être indépendante. Entre-temps, ses parents avaient cessé leur activité et il leur restait un stock important de marchandises. Sa mère, cliente régulière de vide-greniers, lui conseille de s’intéresser à ce type de commerce à l’avenir florissant. Avec prudence, Ingrid effectue une étude de marché : « Il faut réaliser sa propre étude de marché pour en maîtriser tous les détails et en tirer pleinement l’intérêt ». Puis elle se lance dans un circuit régional : « J’ai visité tous les concurrents de la Somme, de l’Oise et du Nord-Pas-de-Calais ». Au cours de ses déplacements, elle observe beaucoup, note les bonnes idées mais aussi ce qu’il ne faut pas faire. Elle affine son projet : « Cela doit être ni un vide-grenier ordinaire ni une simple brocante !  » et début  juillet 2021, elle décide de se lancer.

Trouver le bon emplacement
Commence alors la recherche d’un lieu. Les visites s’enchaînent pour Ingrid mais ce qui est proposé ne correspond pas à son cahier des charges : loyer trop élevé, local trop petit ou vétuste, électricité et peintures à terminer, etc.  Puis une annonce sur Internet attire son attention : trois bâtiments avec une cour centrale, au milieu d’un village. C’est un ancien déstockage de marchandises. Enfin le lieu idéal ! Mais, en pleine campagne, se pose la question de l’isolement : « Je me suis garée en face du magasin pour compter les voitures et je me suis aperçue que la route était très passante. Et puis les vrais chineurs, les brocanteurs, les collectionneurs, ne rechignent pas à faire des kilomètres. Avec l’avantage ici de pouvoir stationner facilement ! De plus, ce sera une activité supplémentaire dans la vie du village ». Mi-août 2021, le choix est fait : le magasin se situera ici, à Le Crocq. 

S’installer en période de crise sanitaire
Lorsque Marie Villain, conseillère de gestion, s’entretient avec Ingrid en septembre 2021, la qualité de son étude de marché l’impressionne. Le gros du travail est fait, les démarches n’en seront que plus rapides. Même chose pour le financement : sa bonne connaissance de l’activité, du marché, de la concurrence et sa volonté de ne pas utiliser toute l'enveloppe de son apport personnel pour le projet convainc rapidement le banquier. Afin de tenir le délai d’une ouverture début 2022, elle engage une course contre la montre pour réaliser les aménagements nécessaires en un temps record et les difficultés surgissent. Les clés du local ne sont disponibles que fin octobre 2021. Aidés par leurs parents respectifs, Ingrid et Allan, son conjoint désormais engagé dans le projet, réalisent les finitions de peinture et l’installation des stands au prix d’un travail acharné. À cela s'ajoute la crise sanitaire qui retarde les livraisons. Les objets de valeur sont à placer dans des vitrines fermées à clé qu’il a fallu aller chercher directement chez le fournisseur mais ce dernier n’avait plus le nombre prévu. Pour les stands, le vendeur avait doublé le tarif initialement conclu ; pas d’autre solution que de traiter en direct avec un fabricant trouvé sur Internet… Finalement, l’ouverture aux déposants a pu se faire le 10 janvier et l’ouverture au public le 15. Pari réussi pour le nouvel "Espace Brocante" !

L’originalité du concept
Les déposants louent un espace qu’ils approvisionnent avec les objets qu’ils souhaitent vendre.  Lors de leur installation, des étiquettes comprenant leur numéro d’exposant leur sont délivrées, sur lesquelles ils indiquent le prix de vente de leurs objets. L’animation commerciale est ensuite gérée par le couple qui prend une commission de 30 % sur chaque vente. Lorsqu’un visiteur achète un objet, son étiquette est scannée en caisse et le fruit de la vente, déduction faite de la commission, est versé sur la cagnotte du déposant. Les stands du type "étagères" sont régulièrement complétés soit par les déposants s’ils ont la possibilité de repasser ou par Ingrid. « Je leur conseille de mettre suffisamment d’objets pour que je puisse réorganiser leur stand si besoin et le mettre en valeur car un stand doit toujours être fourni et bien rangé ».  À l’issue de la location, le déposant peut récupérer sa cagnotte, l’utiliser pour relouer ou pour acheter sur d’autres stands. 
L’Espace Brocante propose toutes sortes d’objets sur les stands, remis en ordre tous les soirs pour soigner leur présentation. Les habits sont, quant à eux, rangés sur des penderies adéquates et classés par taille. « Les clients qui viennent chiner des habits apprécient le classement par taille, ils ne perdent pas de temps ! ». Les meubles ont également leur endroit dédié afin d’éviter l’effet « bazar » des vide-greniers. On y retrouve toutefois la même ambiance. La clientèle est très large. Ce sont des familles qui viennent passer une partie du week-end, des brocanteurs, des collectionneurs et les déposants eux-mêmes sont souvent des acquéreurs. « Nous accueillons beaucoup d’Allemands, de Néerlandais, d'Italiens... qui viennent en camping-car ou logent dans des gîtes sur Beauvais ou Amiens. Nous recevons aussi un Japonais, collectionneur d'objets en étain qui n’ont plus vraiment la côte chez nous ! ».

Un professionnalisme à tous les niveaux
Ingrid s’emploie à ce que les prix affichés correspondent à la valeur marchande. « Je conseille souvent les déposants qui n’ont pas l’habitude sur les bons tarifs à afficher. Je n’hésite pas à leur faire remarquer lorsque le prix proposé me semble trop élevé. C’est dans l'intérêt de tous ! ». De fait, l’acheteur et le vendeur s’y retrouvent et c’est un facteur de fidélisation de la clientèle. « Chez nous, l’atmosphère se veut conviviale et tout le monde doit se sentir en confiance. Notre force est d’être une petite équipe qualifiée et experte, chacun dans notre domaine. Allan, mon conjoint, est spécialiste des vinyles, notre apprenti qui nous a rejoint en juin, lui, c’est le rétro-gaming, les voitures de collection miniatures et, en ce qui me concerne, c’est un peu tout le reste ».  Chacun apporte son expertise des objets, de leurs qualités ou défauts et de leur valeur marchande.

Un développement continu
L’Espace Brocante est très présent sur Internet. Déjà à l’époque de ses parents, les ventes sur les sites tels que Leboncoin ou eBay étaient habituelles. Aujourd’hui, Ingrid est très active sur les réseaux sociaux. Elle informe des arrivages et publie des photos régulièrement. Il lui arrive de mettre en scène des stands et de filmer des objets mobiles pour les mettre en valeur. Face au succès rencontré, le bâtiment initial de 400m2 est complété par un hall de 250m2 pour accueillir les meubles. Ce qui permet d’ajouter 18 stands supplémentaires aux 128 déjà présents. Plus tard, un troisième bâtiment de 600m2 accueillera l’espace meuble et permettra d’agrandir encore l’espace consacré aux stands. « Si tout va bien au printemps prochain, nous projetons d’installer des chalets dans la cour, à louer par des artisans ou des producteurs locaux, et d’orga-niser des mini-marchés ou des salons à thèmes ». L'idée est également d'installer un espace de détente, avec une machine à café, pour apporter plus de confort aux personnes qui y passent la journée.
En peu de temps, L’Espace Brocante est devenu un véritable pôle d’attraction, comme une galerie commerciale mais dans un esprit familial et de convivialité auquel Ingrid est fortement attachée !

Ces contenus peuvent vous intéresser

Travailler et s'épanouir en famille

Aujourd’hui, le travail en famille reste le modèle le plus apprécié en France, représentant 83 % des entreprises tous secteurs confondus. Retrouvez dans ce reportage...
En savoir plus
Deux personnes professionnel du digital sur la couverture d'une vidéo de la chaine youtube cerfrance

Se développer à l'ère du digital

En 2018, le site d'e-commerce Clôtur-Éco voit le jour. Valentin Moineault est à l'origine de cette création, à la suite d'un stage réalisé dans l'entreprise de...
En savoir plus

L'innovation sociale : une réponse aux enjeux de l'emploi

En tant que SCOP, la Fabrique du Sud est détenue et gérée par ses salariés. Ils prennent ensemble les meilleures décisions pour l'entreprise, au-delà de leurs intérêts...
En savoir plus

Cap sur la sobriété énergétique

En 2020, Lionel Louasil reprend les rênes du moulin de Roudun, en Bretagne. Tout en conservant le savoir-faire ancestral et les machines historiques, il cherche...
En savoir plus

Notre newsletter

Suivez nos actualités et bien plus, en vous abonnant à notre newsletter.

Type de newsletter*

Êtes-vous client Cerfrance ?*