Accéder au contenu principal

Paroles d'entreprise

L'innovation sociale : une réponse aux enjeux de l'emploi

En tant que SCOP, la Fabrique du Sud est détenue et gérée par ses salariés. Ils prennent ensemble les meilleures décisions pour l'entreprise, au-delà de leurs intérêts individuels.

La Fabrique du Sud, une entreprise "vachement" humaine

La Fabrique du Sud a été créée autour de valeurs fortes, telles que le partage, la démocratie et le respect de la personne. Elle met l´humain et l´artisanat au coeur de sa stratégie d´entreprise.

 

Le choix d‘une SCOP
En 2014, à la suite de la fermeture de la société industrielle Pilpa, 19 personnes licenciées décident de relancer, sur le même site, une activité de fabrication artisanale de crèmes glacées au lait entier et de sorbets aux fruits. En toute cohérence avec leurs valeurs, elles optent pour la création d‘une SCOP,  société coopérative de production qui a comme particularité de disposer d‘une gouvernance démocratique, et l‘appellent La Fabrique du Sud. Commercialement, ces produits glacés sont vendus sous la marque La Belle Aude, en référence au département auquel sont attachés les sociétaires. 
Christophe Barbier, Président du Conseil d‘administration et Directeur du développement, explique : « Nous avons décidé collectivement de réinventer notre métier, de fabriquer des glaces et sorbets sans colorant ni arôme artificiel, garantis sans gluten. Nous avons mis en place des partenariats avec des producteurs locaux, dans une démarche de commerce équitable, de rémunération de la qualité du produit au juste prix et basée sur une économie sociale et solidaire au profit du consommateur. Nous avons fait le choix de l‘insurrection gourmande : bien manger pour bien vivre ! » 
Le choix de la SCOP a été une évidence car chacun voulait contribuer à la réussite du projet et adhérer à des valeurs fondamentales : la démocratie, la solida-rité, la prééminence de la personne. Ici, les salariés détiennent 95 % du capital social et 95 % des droits de vote, ce qui renforce sans aucun doute leur senti-ment d‘appartenance à l‘entreprise. Dans une SCOP, l‘obligation est au minimum de 51 % du capital social et 65 % des droits de vote. Christophe Barbier précise : « Nous sommes salariés, associés, actionnaires et dirigeants, maîtres de notre destin et œuvrons pour pérenniser l‘entreprise, pour nous et pour les générations futures ».

La gouvernance démocratique
Lors des assemblées générales, une personne équivaut à une voix, quel que soit le capital détenu. Quatre assemblées générales sont organisées par an ; une pour la validation de la stratégie d‘entreprise en février, une pour la validation des comptes en avril, une en septembre pour faire le bilan de la saison et une dernière en octobre pour le bilan de l‘activité et de la stratégie. Le Conseil d‘administration, quant à lui, se réunit tous les mois pour présenter le rapport d‘activité mensuel et est composé de neuf membres, élus par l‘ensemble des sociétaires. Il est renouvelé tous les quatre ans. 

L‘acquisition de nouvelles compétences
La création et la gestion d‘une entreprise agroalimentaire impliquent des besoins spécifiques en termes de compétences : management, comptabilité, commerce, mais aussi au niveau des normes qualité notamment celles liées au secteur d‘activité. Dès le départ, l‘accent a été mis sur la formation. Chacun a pu trouver sa place dans la nouvelle société, en évoluant, voire en changeant de métier. Certains, restés à un poste technique, en production, ont bénéficié d‘une formation continue en matière d‘hygiène et de sécurité, ou encore de logistique. D‘autres ouvriers ont évolué à des postes de commerciaux, grâce à l‘appui de l‘ancien directeur commercial qui a structuré le service et fait monter en compé-tences des collaborateurs motivés. Les fonds de formation, attribués à la suite de la cession de Pilpa, ont permis ces investissements dans les ressources humaines.
Ainsi, Christophe vient de décrocher un Master de dirigeant d‘entreprise d‘économie sociale et solidaire. Il est aussi en charge du pôle Développement. Maxime Jarne, ancien chef d‘équipe du pôle Production, assure, quant à lui, la direction administrative et financière. Les missions de chacun sont bien définies. En ce qui concerne les expertises qui n‘existent pas en interne, La Fabrique du Sud fait appel à des prestataires extérieurs. C‘est le cas pour la comptabilité, la gestion RH, les affaires juridiques, le marketing et l‘informatique. Des recrutements ont également été menés afin d‘acquérir les profils nécessaires. Lors d‘un processus d'embauche, à compétences égales, la SCOP privilégie le candidat qui adhère aux valeurs de l‘entreprise. Le fonctionnement de la société et l‘obligation de devenir associé dans les deux ans à compter de l‘embauche, conformément aux statuts de la SCOP, est bien précisé lors du recrutement. À défaut de dépôt de candidature, le salarié est considéré comme démissionnaire. Cette obligation est assimilée à une opportunité et est très appréciée par les salariés embauchés : « Être salarié, associé et actionnaire de son entreprise donne plus de sens à nos missions, plus de motivation aussi car on souhaite contribuer au développement de notre entreprise, et plus d‘implication car nous avons la possibilité de nous exprimer et d‘être entendus. Cela nous permet de bénéficier d‘une rémunération supplémentaire ». Les dernières embauches ont été faites en contrat d‘alternance. L‘objectif est de participer activement à l‘insertion des jeunes dans le milieu du travail, d‘intégrer les talents de demain, mais aussi d‘anticiper le renouvellement des générations des salariés. De plus, l‘aide actuelle attribuée pour l‘embauche des apprentis a contribué à réduire le coût de ces recrutements.

Le partage comme mot d‘ordre
Du fait de sa forme juridique et afin de renforcer l‘implication et la fidélisation des collaborateurs, le partage d‘informations et de pouvoirs est bien organisé. Il existe également un partage du profit réalisé. Les bénéfices sont répartis équitablement en deux parts, une pour l‘entreprise (50 % du bénéfice), pour assurer l‘avenir de la SCOP, et 50 % pour les salariés et associés salariés. Pour ces derniers, on distingue une part « travail » pour tous les salariés (40 % du bénéfice) qui résulte d‘un accord de participation et prévoit que la participation individuelle soit calculée en fonction du temps de travail effectif du salarié sur l‘exercice. Un choix de répartition juste et équitable pour récompenser le travail du salarié et sa participation aux résultats de l‘entreprise. Le salarié a deux options, soit le versement, soit l‘investissement dans un PEE (plan épargne d‘entreprise). Pour les associés salariés, il existe une part « capital » sous forme de dividendes (10 % du bénéfice) en fonction de leur nombre de parts.
Depuis 2018, outre leurs salaires, les collaborateurs perçoivent une prime de participation, une gratification annuelle et des dividendes. En 2023, la direction veut aller plus loin en proposant la mise en place d‘une prime d‘intéressement par service, en fonction d‘objectifs qualitatifs et quantitatifs de groupe. L‘idée est de renforcer l‘esprit d‘équipe et la solidarité au sein des différents services. La volonté est aussi de s‘aligner avec le service commercial qui bénéficie déjà d‘une prime variable depuis 2016. 

L‘articulation entre vie personnelle et vie professionnelle 
Au-delà des éléments de rémunération, la convivialité, la confiance et la solidarité sont nécessaires et contribuent au bien-être au travail. La Fabrique du Sud a constaté l‘importance pour les salariés de bénéficier également d‘une organisation permettant de concilier vie professionnelle et vie privée. Depuis deux ans, la SCOP a mis en place deux journées d‘entreprise par an pour renforcer les liens entre sociétaires et maintenir leur cohésion : journées de détente mais aussi d‘expression libre pour échanger sur des thèmes préalablement choisis comme la vision partagée, les valeurs de l‘entreprise, l‘aide à la prise de décision…
Côté production, la gestion du temps de travail est modulée de manière à s‘adapter à la saisonnalité de l‘activité. Pour permettre aux salariés de prendre deux semaines de congés en été, des stocks importants sont constitués dès le mois de mars et l‘embauche de mains-d‘œuvre en CDD est opérée pour la période estivale. De plus, la polyvalence entre les membres de l‘équipe permet de pallier les absences et favorise la prise de congés en fonction des souhaits des salariés. 
Les commerciaux et directeurs bénéficient, quant à eux, de conventions de forfait jours, du fait de leur autonomie dans l‘organisation de leur emploi du temps. Cette organisation offre de la souplesse à l‘entreprise et est aussi un enjeu économique. Le partage de cette culture d‘entreprise a porté ses fruits : performance, bien-être au travail, motivation, implication et fidélisation des collaborateurs.
Démocratie, solidarité, partage, respect : des valeurs d‘entreprise qui reflètent la vision des salariés associés, créateurs de La Fabrique du Sud, et qui guident leur management et leurs décisions au quotidien.

Ces contenus peuvent vous intéresser

Travailler et s'épanouir en famille

Aujourd’hui, le travail en famille reste le modèle le plus apprécié en France, représentant 83 % des entreprises tous secteurs confondus. Retrouvez dans ce reportage...
En savoir plus
Deux personnes professionnel du digital sur la couverture d'une vidéo de la chaine youtube cerfrance

Se développer à l'ère du digital

En 2018, le site d'e-commerce Clôtur-Éco voit le jour. Valentin Moineault est à l'origine de cette création, à la suite d'un stage réalisé dans l'entreprise de...
En savoir plus

Cap sur la sobriété énergétique

En 2020, Lionel Louasil reprend les rênes du moulin de Roudun, en Bretagne. Tout en conservant le savoir-faire ancestral et les machines historiques, il cherche...
En savoir plus

Choisir le réemploi, pourquoi pas ?

Les motivations des acteurs du marché de l’occasion et du réemploi sont plurielles. Elles peuvent être économiques pour certains, écologiques pour d’autres ou,...
En savoir plus

Notre newsletter

Suivez nos actualités et bien plus, en vous abonnant à notre newsletter.

Type de newsletter*

Êtes-vous client Cerfrance ?*